Mise à jour sur le budget des collections – juin 2016

Publié le lundi 27 juin 2016

En ce début d’une nouvelle année financière et pour donner suite à l’information transmise l’hiver dernier sur notre site Web, nous avons jugé opportun de vous fournir une mise à jour sur l’état du budget des collections de la Bibliothèque. L’an dernier, 378 ressources ont été annulées des collections, totalisant 1,2M $. À l’époque, nous avions informé la communauté qu’un autre exercice de réduction des coûts serait possible en 2016-2017 – hypothèse qui s’avère désormais nécessaire. Nous sommes, à présent, en mesure de vous fournir des détails.

Le budget des collections sera réduit de manière considérable comparativement au budget de l’an dernier. Cette nouvelle réduction équivaut à 1,63 M$ de moins qu’en 2015-2016, soit une réduction de 11,5 %.

Nous prévoyons réduire notre budget de périodiques/bases de données de 1,3 M$(d’un budget total de 13,9 M$). Il y aura également une réduction de 750,000$ pour l’achat de livres et d’autres dépenses ponctuelles par rapport à l’an dernier (3,95 M$ contre 4,7 M$).

Les principaux facteurs contribuant à cette situation :

  • L’absence d’indexation pour protéger la documentation savante contre l’inflation (environ 6 % par année). Comme il est expliqué dans un communiqué précédent, entre 1997 et 2014, la Bibliothèque a bénéficié d’une indexation annuelle de 3 à 10 % pour son budget des collections. Toutefois, depuis 2015-2016, cette augmentation a été suspendue.
  • Les défis de développer une stratégie universitaire pour atténuer les défis liés au taux de change – la Bibliothèque dépense plus de la moitié de son budget sur des documents en provenance d’éditeurs américains (non disponibles à partir de sources canadiennes) et dernièrement, le dollar canadien est faible par rapport au dollar américain. Au cours de l’année dernière, le taux de change varia entre 1,21 et 1,45 avec une moyenne de 1,31, entraînant une perte importante du pouvoir d’achat de la Bibliothèque.
  • En 2015-2016, un financement ponctuel de 500 000 $ nous permettant de renouveler notre abonnement à l’ensemble des revues Wiley.
  • L’imposition de l’Université d’une coupe budgétaire généralisée de 2 % pour 2016-17. C’est la première fois que le budget des collections de la Bibliothèque n’est pas protégé contre de telles coupures. Lors des dernières séries de compressions budgétaires en 2009, la Bibliothèque a aboli 13 postes; elle serait aujourd’hui dans l’impossibilité de maintenir ses opérations si elle devait davantage réduire ses effectifs. Il a aussi été déterminé que la part des coupes budgétaires de la Bibliothèque, soit de 539 213 $, ne pouvait provenir de son budget de fonctionnement (collections et salaires exclus, représentant 0,05 % du budget total en 2016 comparativement à 10 % il y a 5 ans). Par conséquent, la totalité des réductions devait provenir du budget des collections. 

L’incidence négative des décisions mentionnées plus haut entraînera des répercussions importantes sur les collections de la Bibliothèque. Afin de nous aider à prendre ces décisions difficiles, nous avons effectué au printemps un sondage auprès du personnel enseignant et des étudiants diplômés. Nous procédons actuellement à la compilation des résultats obtenus. Nous remercions tous ceux et celles qui ont participé au sondage; votre opinion nous importe. Elle guidera nos décisions relatives au contenu à couper ou à ne pas acheter – décisions que nous prendrons avant la fin de l’été. Notre prochain communiqué sortira vers juillet/août – une fois que nous aurons rassemblé les résultats du sondage et identifié les coupes à effectuer.

Haut de page