Mise à jour sur le budget des collections — septembre 2016

Publié le vendredi 23 septembre 2016

Le paysage des communications savantes au Canada et dans le monde entier subit actuellement des pressions technologiques et économiques qui mèneront inévitablement de nouveaux modèles et de nouvelles approches (ABRC, 2016). Comme cité dans le CUSP: Canadian Universities and Sustainable Publishing (2016) par Martha Whitehead et Brian Owen, « Le paysage des communications scientifiques au Canada et dans le monde subi actuellement des contraintes économiques et technologiques qui mèneront immanquablement à de nouveaux modèles et approches. Nous assistons à la convergence d’une multitude de facteurs : l'impact continu de la technologie numérique sur l'enseignement et la recherche, l'expertise croissante des bibliothèques universitaires dans son usage et son soutien d’initiatives axées sur la technologie, l'évolution vers des politiques en matière du libre accès, l'oligopole des éditeurs universitaires internationaux et les contraintes financières des budgets des universités ».

L'Université d'Ottawa n’est pas à l'abri de ces pressions mondiales. En raison des facteurs suivants : l'absence d'indexation pour contrer les augmentations annuelles des coûts de la documentation savante; l'absence d'une stratégie d'atténuation pour résoudre le problème des fluctuations monétaires et de la faiblesse du dollar canadien par rapport au dollar américain; et l’imposition de l’Université d’une coupe budgétaire généralisée de 2 % pour 2016-2017 — les dépenses totales en collections seront réduites de 1.927 M$. Les dépenses en périodiques et en bases de données seront réduites de 1.527 M$ et les dépenses en livres de 400 k$. En mars 2016, nous avons mené une enquête sur les collections de la Bibliothèque auprès des professeurs réguliers et à temps partiels et des étudiants diplômés. Les commentaires que nous avons reçus ont servi à guider nos décisions (voir ci-dessous). Un sommaire de nos conclusions principales a été préparé; un rapport complet sera disponible sous peu.

Dans l'évaluation de la valeur des collections de périodiques de la mégaentente, venant à échéance cette année, Taylor & Francis et Springer sont considérés comme ayant une valeur globale inférieure à Wiley (en tenant compte du coût, de l'utilisation et de l'importance dans le domaine) pour une économie de 955 919 $. L’incidence de ces compressions, qui entreront en vigueur le 1er janvier 2017, est partagée entre toutes les facultés et les disciplines.

Pour couvrir le solde de 1.527 M$, d’autres titres individuels de périodiques et de bases de données seront annulés en provenance de la bibliothèque de droit Brian-Dickson, de la bibliothèque des sciences de la santé et de la bibliothèque Morisset (arts et sciences sociales) pour un total de 683 174 $.  Il n’est déjà plus possible d’accéder à certains de ces titres et pour les autres, l’accès se terminera à la fin du mois de décembre 2016. Veuillez prendre note que cette liste est évolutive — nous terminerons notre exercice cet automne et afficherons la liste définitive lorsque le travail d’identification des titres sera terminé.

La bibliothécaire en chef Leslie Weir a présenté un survol complet de nos défis et enjeux concernant le budget de collection aux doyens et aux membres du Comité d’administration.

Veuillez communiquer avec votre bibliothécaire pour obtenir des renseignements sur la disponibilité d’un titre particulier ou pour discuter des méthodes d'accès alternatives, telles que le service de prêt entre bibliothèques ou les sources accessibles librement.

Nous vous remercions de votre précieuse collaboration en cette période économique difficile.

Haut de page