Stratégie de réduction des coûts de la Bibliothèque – mise à jour

Publié le lundi 11 janvier 2016

La forte dépréciation du dollar canadien (16 % depuis mai 2015), l’incidence de l’inflation sur les périodiques et sur les bases de données (de 4 à 6 % annuellement), et l’absence d’indexation sur notre budget de collections cette année ont abouti à la situation difficile que nous vivons aujourd’hui. À la lumière de ces facteurs, nous suivons de près nos dépenses. Cette année, nous prévoyons un déficit de 1 954 802 $. Ce montant tient compte du financement ponctuel de 500 000 $ reçu de l’Administration centrale pour nous aider à atténuer nos défis financiers actuels.

  • Nous avons annulé 378 ressources (revues individuelles, bases de données, ouvrages de référence et collections de périodiques ou livres électroniques) pour réaliser des économies nettes totales de 1 241 125 $.
  • Nos décisions ont été prises en fonction de certains critères tels que l’élimination du dédoublement de contenu; ressources peu pertinentes pour la recherche et l’enseignement; disponibilité de sources alternatives; coût élevé; demande et utilisation faibles.
  • Les titres annulés couvrent un large éventail de domaines dans l’ensemble des programmes d’études; chaque discipline a été touchée.
  • En ce qui concerne les livres, nous prévoyons une réduction des dépenses de 713 677 $ afin de gérer notre déficit budgétaire. Au premier semestre de l’année financière, nous avons commandé environ 23 % moins de livres que l’année précédente, soit 12 393 cette année contre 15 251 l’année dernière. Nous nous attendons à ce que cette diminution se maintienne d’ici la fin de l’année.

Le 1er janvier 2016, nous avons perdu l’accès à du contenu actuel. Il importe, cependant, de souligner que nous n’avons pas perdu l’accès à toutes les ressources; certaines continueront à être disponibles par l’entremise d’autres sources comme les bases de données à texte intégral auxquelles nous souscrivons.

Voici des exemples d’annulations importantes :

  • Bases de données Inspec (en physique et en électronique) : une bonne partie des ouvrages dans ces domaines sont disponibles dans Scopus et dans les bases de données Web of Science.
  • Bases de données Compendex (en génie) : une grande partie des ouvrages sont disponibles dans Scopus et dans les bases de données Web of Science.
  • Périodiques Palgrave (quarante-deux titres en science politique, en politique publique, en technologie de l’information et en gestion) : disponibles à partir d’autres sources (veuillez prévoir un délai).
  • Techniques de l’ingénieur (en science et en génie) : coût élevé et très faible taux d’utilisation.
  • Britannica Online (encyclopédie générale) : coût élevé; version gratuite fiable.
  • Linguistic Bibliography Online (publications mondiales sur la linguistique) : nous possédons des sources alternatives pour les ouvrages dans le domaine de la linguistique.
  • ACLS Hunanities (livres électroniques en lettres et sciences humaines et en sciences sociales) : ne permettent pas la lecture en différé/hors ligne et n’offrent aucune option d’achat (uniquement par abonnement).
  • Osiris (données sur les sociétés mondiales avec actions inscrites à la cote) : très faible taux d’utilisation.
  • Des quatorze abonnements à Current Protocols, nous avons éliminé cinq titres (par ex. : Current protocols in Chemical Biology, Current Protocols in Nucleic Acid Chemistry, Current Protocols in Cell Biology, Current Protocols in Cytometry, Current Protocols in Human Genetics) : coût élevé et faible taux d’utilisation; d’autres ont été jugés importants pour la recherche ou ont démontré un taux d’utilisation plus élevé.
  • Bases de données OvidMD : servent de pont entre le contenu en texte intégral sur la plateforme OVID et l’outil au point de service « UptoDate » (annulé par la Bibliothèque il y a plusieurs années).
  • CCH Tax Online : abonnement à présent disponible partout sur le campus. Source privilégiée pour son contenu lié au droit fiscal canadien.
  • Plusieurs publications imprimées en droit ont été annulées, y compris des rapports fédéraux de première instance, des cas entendus en Cour d’appel de l’Ontario, de la jurisprudence canadienne en droit de la faillite et des cas liés au droit des assurances au Canada. La communauté universitaire pourra continuer à accéder à ces publications par le biais de Westlaw Next et de Maritime Law Book (MLB) Online.

Ces décisions ont permis à la Bibliothèque de maintenir ses abonnements à de grandes collections de revues et de bases de données pour 2016.

Pour les titres qui ne sont plus disponibles, nous vous invitons à utiliser le service de prêt entre bibliothèques pour demander un exemplaire d’une autre bibliothèque. Si vous désirez obtenir de plus amples renseignements sur les ressources disponibles dans votre discipline ou domaine de recherche, veuillez communiquer avec votre bibliothécaire.  


Dans la perspective du prochain exercice (2016 à 2017)

  • Nous prévoyons que l’inflation sur les bases de données de recherche devrait être de l’ordre de 3 à 5 % et de 6 à 8 % pour les revues. L’inflation a un impact considérable et constant sur notre pouvoir d’achat. S’il n’y a aucune augmentation du taux d’indexation sur le budget de collections, le manque à gagner dû à l’inflation devrait atteindre au moins un million de dollars. Nous devrons alors réduire nos dépenses courantes par cette somme.
  • L’autre grand défi que nous devons relever est celui du dollar canadien puisque 55 % de nos ressources sont achetés en dollars américains. Il est fort probable que le taux de change pour l’année prochaine demeure à l’intérieur de la fourchette actuelle de 1,25 et 1,35 %. Ce facteur aura pour effet d’accroître considérablement le manque à gagner mentionné plus haut. 

En l’absence d’une hausse du taux d’indexation pour répondre à ces défis, nous mettrons en œuvre un autre exercice de réduction des coûts et solliciterons la rétroaction des membres de la communauté. Nous suivons de près notre situation financière et nous vous présenterons une autre mise à jour lorsque de plus amples renseignements seront disponibles.

Pour toute question relative à ce processus, veuillez communiquer avec Leslie Weir (bibliothécaire en chef) ou avec Tony Horava (bibliothécaire associé, Collections). Pour toute question précise sur la façon dont ce processus touchera votre domaine d’études ou de recherche, veuillez communiquer avec votre bibliothécaire

Haut de page